Selon un lanceur d’alerte, Facebook promeut le discours de haine pour un profit supplémentaire

La dénonciatrice de Facebook qui a révélé des documents internes au Wall Street Journal, Frances Haugen, a accusé l’entreprise d’encourager les discours de haine à but lucratif dans une émission télévisée intitulée 60 Minutes.

L’entreprise avait, selon Haugen, délibérément manipulé ses algorithmes pour promouvoir le discours de haine.

« Il paie ses bénéfices avec notre sécurité », a-t-elle déclaré.

Frances Haugen a parlé de Facebook dans une émission télévisée intitulée 60 minutes

Selon un lanceur d'alerte, Facebook promeut le discours de haine pour un profit supplémentaire
Haugen : « Facebook ne voulait pas investir dans ce qui doit réellement être investi pour éviter que Facebook ne soit dangereux. »

En 2021, après avoir constaté que les priorités de l’entreprise avaient été déplacées, Haugen a quitté Facebook. Elle était une ancienne chef de produit qui supervisait le Civic Integrity Group au sein de l’entreprise.

Selon Haugen, Facebook ne voulait pas “investir dans ce qui doit réellement être investi pour empêcher Facebook d’être dangereux”.

Mme Haugen a travaillé dans un certain nombre de grandes entreprises de la Silicon Valley, telles que Google, et a déclaré que Facebook était bien pire. Car, selon elle, l’entreprise privilégie les profits à la sécurité de ses utilisateurs. Au deuxième trimestre 2021, Facebook comptait près de 2,8 milliards d’utilisateurs actifs.

  Offres incroyables du Memorial Day pour le meilleur équipement de jeu

Les algorithmes de Facebook sont utilisés pour encourager les discours de haine à but lucratif

Selon un lanceur d'alerte, Facebook promeut le discours de haine pour un profit supplémentaire
Facebook ne suit pas ses propres règles en fonction des fichiers divulgués.

Haugen a également commenté les algorithmes de Facebook : « Il y avait un conflit… entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook, et Facebook a choisi encore et encore d’optimiser pour ses propres intérêts, comme gagner plus d’argent.

L’un des nombreux papiers divulgués, publié par le Wall Street Journal, indique que Facebook ne suit pas ses propres règles. Alors que l’entreprise a déclaré à maintes reprises que ses règles s’appliquent à tout le monde, les documents révèlent que des millions de VIP sont exemptés de l’application.