Google Maps ne recommandera plus toujours l’itinéraire le plus rapide : l’itinéraire par défaut sera le moins polluant

La nouvelle fonctionnalité annoncée aujourd’hui par Google Maps pourrait changer la façon dont des millions de personnes se déplacent. L’entreprise explique qu’elle cessera d’afficher l’itinéraire le plus rapide par défaut et que Google Maps recommandera à la place l’itinéraire écologique ou l’itinéraire le moins polluant. Un nouveau type d’itinéraire présenté en mars est calculé en fonction de facteurs tels que la consommation de carburant, les embouteillages ou l’inclinaison de la route.

Avec ce changement, Google espère contribuer à réduire la consommation des conducteurs. De nouvelles routes écologiques sont déjà disponibles aux États-Unis et seront mises en place en Europe à partir de 2022, sans préciser si ce sera au cours du premier semestre ou plus tard.

Les utilisateurs pourront toujours choisir l’itinéraire le plus rapide dans Google Maps

L’arrivée de ces itinéraires écoresponsables représente un changement dans les priorités de l’algorithme de Google Maps. À ce jour, l’itinéraire recommandé (généralement affiché en bleu) était l’itinéraire disponible le plus rapide et à partir des paramètres, nous pouvions choisir des itinéraires alternatifs en fonction de divers paramètres.

  L'Assistant Google expérimente les routines du lever et du coucher du soleil

Désormais aux États-Unis et l’année prochaine en Europe, Google Maps sera mis à jour et donnera la priorité à ces itinéraires écologiques avant l’itinéraire le plus rapide, sauf si le décalage horaire est très important.

Google Maps ne recommandera plus toujours l'itinéraire le plus rapide : l'itinéraire par défaut sera l'itinéraire le moins polluant
Google Maps ne recommandera plus toujours l’itinéraire le plus rapide : l’itinéraire par défaut sera l’itinéraire le moins polluant

Le calcul de ces routes moins polluantes se fera par les propres algorithmes de Google et en synchronisation avec le NREL (National Renewable Energy Laboratory des USA). L’entreprise n’a pas encore précisé avec qui elle collaborera pour sa mise en œuvre en Europe.

Le temps le plus court continuera d’être une considération, non pas à cause du concept que vous arriverez plus tôt, mais parce qu’il est le plus susceptible d’entraîner le moins de consommation. Google utilisera ces chemins écologiques pour calculer la plus petite quantité de ressources, et parce qu’ils suivent fréquemment le chemin le plus rapide, ils resteront souvent synchronisés.

  Le CES 2021 a été annulé: ce sera une «expérience numérique»

En plus de cet itinéraire écologique, Google Maps continuera également à montrer l’itinéraire le plus rapide avec leurs temps respectifs. Avec cette mesure, Google explique qu’il sera possible d’éviter chaque année plus d’un million de tonnes d’émissions de carbone, ce qui équivaut à retirer plus de 200 000 voitures de la route.