Un militant français arrêté après la publication des données de Protonmail

Le service de messagerie Protonmail, dont le logo est la protection de la vie privée de ses utilisateurs et le cryptage des informations sensibles, fait l’objet d’une enquête depuis la persécution douteuse d’un militant français pisté via ce même système de messagerie.

Le mois dernier, nous discutions des premières informations contextuelles sur cette affaire, qui s’est ensuite soldée par l’arrestation d’un manifestant français identifié par ce canal.

Un militant identifié via Protonmail arrêté en France

Protonmail a répondu à une demande de la justice française via Europol, l’Office européen de police, en fournissant des informations qui ont permis d’identifier un dissident français persécuté dans son propre pays.

Grâce au compte « [email protected] », l’un des membres d’un groupe d’activistes qui a organisé des manifestations contre la spéculation immobilière, l’occupation de la propriété et d’autres activités illégales a été identifié.

  Facebook empêche les utilisateurs australiens de recevoir des nouvelles

Protonmail propose un cryptage des messages envoyés, mais la société basée en Suisse a dû fournir l’adresse e-mail faisant l’objet de l’enquête ainsi que l’adresse IP connectée, les données sur l’appareil utilisé et le numéro avec lequel l’appareil a été identifié.

Suite à l’identification de l’une des personnes liées au compte spécifié, la justice française est intervenue rapidement pour le placer en détention. En réponse aux critiques, selon lesquelles la promesse de confidentialité de Protonmail était frauduleuse, la société a fourni une lettre de clarification.

Un militant français arrêté après la publication des données de Protonmail
Un militant français arrêté après la publication des données de Protonmail

Les un message intitulé « Clarifications importantes sur l’arrestation d’un militant pour le climat », signé par Andy Yen, PDG de la société à l’origine de Protonmail, a clarifié certains points remis en cause après cet épisode.

Dans la lettre qu’ils ont envoyée à Proton, Cryptography for the Masses déclare que le cryptage de ses e-mails ne peut pas être rompu. L’entreprise affirme également qu’elle ne répond pas aux demandes des gouvernements étrangers à moins que ces demandes ne soient acheminées par le biais d’un système conforme aux lois de leur pays.

  Les revenus des jeux de Microsoft ont dépassé les 5 milliards USD en 2020

En l’espèce, la demande de la justice française, médiatisée par Europol, est parvenue au port suisse « par des canaux habituellement utilisés pour des infractions graves », selon le message de la firme, qui souligne dans le même texte qu’en raison de sa portée, il est impossible d’identifier les utilisateurs utilisant ce service.

En l’occurrence, la demande de la justice française, médiatisée par Europol, est parvenue au port suisse « par les canaux habituellement utilisés pour les infractions graves ». Selon le message de la société, qui souligne dans le même texte qu’en raison des moyens en son pouvoir, il est impossible de déterminer l’identité de ses utilisateurs, même si elle précise que selon ses archives, elle n’a pas été en mesure d’identifier que le les utilisateurs cibles de cette opération française étaient des manifestants pour le climat.

  Comment convertir des documents PDF en Word?

Suite à cet événement, la sécurité apportée par Protonmail est mise à l’épreuve. Cependant, le message Protonmail susmentionné ajoute qu’un VPN est l’une des meilleures options.

Ceux qui misent le plus sur la sécurité offerte par ce service en sont désormais naturellement sceptiques. Enfin, Yen s’est engagé à mettre à jour la documentation publique de ProtonMail “pour clarifier les obligations de l’entreprise en cas de poursuites pénales”.