Manifestations en Chine : Twitter sous la censure du gouvernement

Les publications sur Twitter sont omniprésentes sur la plate-forme à la suite des manifestations chinoises du week-end contre les règles strictes du «zéro-COVID» du pays, alors que les autorités chinoises ont commencé à réprimer les manifestants.

Dimanche, le personnel anti-propagande considérablement réduit de Twitter a dû faire face à un déluge d’informations gênantes en provenance de Chine qui, selon les experts, visaient à étouffer les nouvelles concernant des manifestations à grande échelle contre les réglementations sur les coronavirus.

Vers 8 heures, des personnes à l’intersection de Changshu Road et de Wuyuan Road ont lu le slogan du pont de Sitong, puis certaines personnes ont lu la constitution.

De nombreux comptes en langue chinoise, dont certains étaient restés inactifs pendant des mois, voire des années, ont été réactivés tôt dimanche et ont commencé à spammer le service avec des liens vers des services d’escorte et d’autres offres sexuelles ainsi que des noms de villes. Selon Nouvelles du Washington Post par Joseph Mennles spams sur ces comptes sont les ordres du gouvernement chinois de censurer les manifestations en Chine.

Selon un employé de Twitter récemment licencié, des comptes présumés affiliés au gouvernement ont utilisé cette tactique. En les nommant dans les publicités d’escorte, cependant, ils étaient auparavant utilisés pour jeter le doute sur un seul compte ou un petit groupe.

“C’est un problème connu que notre équipe traitait manuellement, en dehors des automatisations que nous avons mises en place”

Ancien employé de Twitter

Qu’y a-t-il derrière les messages Twitter des manifestations en Chine ?

Suite à l’incendie mortel d’un appartement dans la ville d’Urumqi, dans la province du nord-ouest du Xinjiang, des manifestations ont éclaté vendredi. Beaucoup de gens pensent que cet incident a été aggravé par des confinements trop stricts qui ont compliqué les opérations de sauvetage.

En plus d’une forte présence policière dans les rues, il a été signalé que les censeurs du gouvernement travaillaient d’arrache-pied lundi pour supprimer toutes les preuves Internet des rassemblements, qui ont eu lieu à Pékin, Shanghai et Wuhan.

Dix personnes sont mortes dans l’incendie de l’appartement, qui a attiré l’attention du public, et les réglementations sanitaires sont considérées comme autoritaires et anti-liberté. Il y a cependant eu des critiques plus larges du président chinois Xi Jinping et de son parti communiste. Compte Twitter @LibFails a tweeté des images horribles de l’incendie.

L’atmosphère était calme au début des manifestations. C’est devenu violent vers 3 heures du matin. Avant d’aborder le deuxième groupe de manifestants qui avaient apporté des fleurs, la police a commencé à encercler les manifestants et à disperser le premier, plus actif. L’objectif était de faire sortir les gens de la rue principale.

Zhao, le seul nom de la famille d’un manifestant, a affirmé que deux de ses connaissances avaient été aspergées de gaz poivré tandis que la police avait agressé physiquement deux autres. Il a affirmé que lorsqu’il a tenté d’empêcher la police d’emmener son ami, ils lui ont marché sur les pieds. Il a été laissé pieds nus après avoir égaré ses chaussures lors de la manifestation.

À propos de la manifestation menée par un seul individu à Pékin, Zhao affirme que les manifestants ont scandé,

“(Nous) ne voulons pas de PCR (tests), nous voulons la liberté.”

Après que la police a repoussé des centaines d’autres personnes avec force quelques heures plus tôt à Shanghai, un large public s’est levé et a regardé la police commencer à interférer avec ceux qui s’étaient rassemblés.

Les Chinois ont tenu un livre blanc vierge indiquant qu'ils '' n'ont pas la liberté d'expression '' lors des manifestations en Chine
Les Chinois ont tenu un papier blanc vierge indiquant qu’ils “n’ont pas la liberté d’expression” lors des manifestations en Chine

La situation actuelle des manifestations en Chine

Des vidéos partagées dimanche sur les réseaux sociaux qui ont réussi à passer la censure auraient été tournées à Pékin, Guangzhou, Nanjing et dans au moins cinq autres villes.

Ils ont montré des manifestants se battant avec des policiers portant des combinaisons de sécurité blanches Covid ou démolissant des barricades érigées pour diviser les quartiers.

Selon les manifestants, des centaines de policiers de Shanghai se sont alignés et ont formé des groupes autour des manifestants pour les expulser de la zone. La police a travaillé plusieurs heures pour disperser les manifestants d’Urumqi Road en les divisant en petits groupes.

Les flics ont pu évacuer la foule vers 5 heures du matin dimanche.

Le manifestant anonyme a affirmé avoir vu plusieurs individus être emmenés et regroupés dans des camions de police, mais n’a pas pu les identifier.

À Pékin, la première université du pays, l’Université Tsinghua, s’est réunie dimanche après-midi devant l’une des cafétérias. Le témoin, qui a souhaité rester anonyme par crainte de représailles, a affirmé que trois jeunes femmes s’étaient initialement tenues là avec un simple message de condoléances pour les victimes de l’incendie de l’appartement d’Urumqi.

Les étudiants ont chanté l’Internationale et crié “liberté d’expression”. utilisateur Twitter @vivianwubeijingqui fait vraiment de son mieux pour apporter des nouvelles aux médias sociaux, a tweeté la vidéo des étudiants qui protestaient.

Les journalistes qui ont rapporté les manifestations en Chine ont été arrêtés

Bien qu’il soit difficile de confirmer le nombre exact de participants, l’AFP a qualifié les manifestations de plus importantes depuis les manifestations pro-démocratie de 1989. La Chine est l’un des rares pays restants au monde à avoir de sévères réglementations “zéro Covid”, qui impliquent fréquemment des confinements. et des tests de population quotidiens.

Bien que le nombre exact soit inconnu, il y a des rapports selon lesquels le gouvernement chinois a détenu des journalistes qui ont rapporté sur le sujet à la presse étrangère. L’un des journalistes de la BBC a déclaré :

“La BBC est très préoccupée par le traitement de notre journaliste Ed Lawrence qui a été arrêté et menotté alors qu’il couvrait des manifestations à Shanghai”

Pékin a affirmé qu’il ne s’était pas identifié comme journaliste.

Nous continuerons à vous apporter de nouvelles nouvelles sur les manifestations en Chine.

Source: Manifestations en Chine : Twitter sous la censure du gouvernement