Avions de chasse réparés par impression 3D: cela réduira les coûts de maintenance

Avions de chasse réparés par impression 3D: une révolution pour réduire les coûts de maintenance. Le fabricant suédois d’avions de combat Saab vient de montrer comment il utilise l’impression 3D pour fabriquer des pièces de fuselage pour ses avions et économiser de l’argent.

La maintenance aéronautique, en tant que l’une des branches de l’aéronautique, est l’une des industries les plus avancées au monde. Les pièces avec lesquelles les aéronefs sont réparés doivent avoir des caractéristiques très spécifiques qui doivent passer toutes sortes de contrôles. D’autant plus si ces avions vont voler dans des pays appartenant à l’Union européenne, avec des contrôles stricts où chaque changement est minutieusement étudié.

Et tout comme les avions évoluent, il en va de même pour les méthodes de maintenance, tirant parti de technologies telles que l’impression 3D. L’un des fabricants qui l’utilise est Saab, le département d’aviation militaire suédois teste déjà le fonctionnement des pièces fabriquées avec des imprimantes 3D dans leurs chasseurs.

Les avantages sont infinis, le fait de disposer d’un stock de chacun des centaines – voire des milliers – de composants aéronautiques nécessite un déploiement logistique important. D’un autre côté, avoir quelques machines d’impression 3D et la matière première est beaucoup plus flexible.

  Comment changer de navigateur par défaut ?

Impression de jets de combat avec des imprimantes 3D

Les premiers essais en vol réalisés par Saab ont eu lieu le 19 mars 2021 dans les locaux de l’entreprise dans la ville suédoise de Linköping. Quelques jours avant cette date importante, une pièce imprimée en 3D a été installée sur l’une des unités dont dispose Saab pour tester son modèle Gripen, le produit phare de l’entreprise.

Avions de combat réparés avec l'impression 3D: une révolution pour réduire les coûts de maintenance
Avions de combat réparés avec l’impression 3D: une révolution pour réduire les coûts de maintenance

La pièce a été imprimée par fabrication additive à l’aide d’un polymère de nylon appelé PA2200. Comme première étape dans ce qui promet d’être un nouveau système de fabrication de pièces pour des réparations rapides. Un scénario qui se produit lorsque le chasseur est déployé en mission et subit des dommages loin des bases de réparation traditionnelles.

Le processus de fabrication était simple, comme le déclare Saab lui-même dans un communiqué de presse. Ils affirment ne pas avoir de modèle informatique de la pièce à remplacer, ils ont donc utilisé un scanner pour produire une pièce exacte. Seulement au lieu de suivre une procédure de fabrication traditionnelle basée sur les moules et l’usinage, l’imprimante 3D a fabriqué la pièce à partir de zéro avec les mêmes mesures.

  Qu'est-ce que NFC et comment fonctionne-t-il sur les smartphones?

«L’inspection initiale après vol de la pièce a été très positive et a montré qu’aucun changement structurel ne s’était produit pendant le vol», a déclaré Hakan Stake, responsable du contrat de maintenance de Gripen et responsable du projet de développement. Stake souligne également le potentiel de cette technologie dans les ateliers mobiles que les forces armées sont amenées à installer dans leurs camps.

Avions de combat réparés avec l'impression 3D: une révolution pour réduire les coûts de maintenance

«Il ne sera plus nécessaire de recourir à des réparations d’urgence ou de cannibaliser d’autres aéronefs en panne», souligne Stake. Cela permet également de réduire le temps de maintenance des chasseurs concernés, augmentant ainsi leur disponibilité pour le service aérien.

Autres tests nécessaires

Pour le moment, Saab annonce que pour atteindre l’objectif de mise en service de cette technologie, des tests supplémentaires sont nécessaires. Et le fait est que cette étape n’est que la dernière étape d’un programme que Saab a inauguré en 2017 lorsque l’entreprise a cofondé un consortium dont le but est de promouvoir cette technologie.

  Comment configurer l'iPhone pour désactiver le mode Ne pas déranger par emplacement?

«Ce vol d’essai d’un composant ayant un impact opérationnel est une étape importante car un avion, y compris toutes ses pièces, doit toujours répondre aux exigences de navigabilité les plus strictes», a déclaré Ellen Molin, vice-présidente senior et responsable du domaine d’activité maintenance et services de Saab. .

Quant à l’étape suivante, l’entreprise souligne la nécessité de rechercher un matériau alternatif au PA2200. Plus précisément, celui qui est tout aussi flexible mais peut résister au froid extrême qui est atteint lorsque l’aéronef monte. Dans le même temps, ils développeront un système de conteneurs qui permettra le déploiement d’imprimantes 3D partout où elles sont nécessaires.